Soudain une mémoire déchirante

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Articles

Soudain une mémoire déchirante

PARTAGER ►

par Malhaury Monfret
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Je m’installe pour la première fois face aux ordinateurs de L’Insatiable. Il faut choisir une exposition ou un spectacle à voir pour en faire le compte-rendu. Ça commence fort ! Je crains l’idée de devoir écrire car écrire c’est se livrer. Et pire encore, écrire sur l’art, c’est parler de ce qu’il y a au plus profond de soi... Bon, la stagiaire, elle doit assurer. Hors de question de passer pour une godiche ! Pas de bol ! Je parcours la messagerie et les invitations aux événements n’ont rien à voir avec mon domaine, la musique, la peinture… Je scrute à nouveau la messagerie : en voyant des courriels apparaître chaque minute, je veux garder espoir. J’implore le ciel de venir à mon secours. Faut-il que je prie plus pour que ça fonctionne ? Bref ! J’irai assister, le 18 Avril à 19 heures, à un documentaire. Un mini concert en live à la Médiathèque Matéo Maximoff ayant pour sujet L’internement des Nomades durant la seconde guerre mondiale.

Image du film de Tony Gatlif Liberté

Après tout, la seconde guerre mondiale, c’est notre Histoire, c’est notre mémoire. Encerclée d’une haute et grande barrière noire, cette médiathèque ne ressemble pas aux autres médiathèques. Je me suis sûrement trompée. Je panique [...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !




Société art et société Politique art et politique Politique de l’art
fake lien pour chrome




Partager cet article /  





1 commentaire(s)

claire olivier 14 juillet 2019

Merci pour ce partage. J’ai appris beaucoup. Je comprends ce vertige devant la question qui sui-je pour écrire ? J’apprécie votre franchise de vous sentir ignorante...Nous le sommes tous à mon sens. Il ne s’agit pas de sortir sa science mais ses tripes. Ce baptême du feu est certainement source de joie ....et provoque une envie de "recommencer". Pour moi c’est devenue une saine addiction, un réel plaisir mais qui prend aussi parfois la tête ! Claire.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier