Les Amours d’Anaïs : Jeune femme en feu follet

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Articles

Les Amours d’Anaïs : Jeune femme en feu follet

PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



La virtuosité de la mise en scène du film de Charline Bourgeois-Tacquet, enlevée, dynamique, efficace, ne cache pas l’arrière-fond de violence. Elle en diminue l’évidence. Anaïs, étudiante thésarde en littérature, est fauchée : elle vit d’expédients, de mensonges et de ruses. Le film raconte ses efforts pour résister à sa disparition sociale. Y coexistent l’interprétation sociale critique et l’esthétisation déréalisante, connectée à des notions métaphysiques vaguement bergsoniennes comme « l’élan vital » [3].

La lutte sociale, très codée dans le milieu de l’édition, contraint les femmes à séduire si elles veulent acquérir un poste, le garder, ou obtenir un contrat d’édition. Il ne suffit pas d’avoir un corps de mannequin, ni de coucher avec [...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !





[1 ; cf. par exemple Véronique Cauhapé dans Le Monde, 15 septembre 2021.

[2 ; cf. par exemple Véronique Cauhapé dans Le Monde, 15 septembre 2021.

[3 ; cf. par exemple Véronique Cauhapé dans Le Monde, 15 septembre 2021.

fake lien pour chrome




Partager cet article /  





2 commentaire(s)

jean-jacques delfour 2 octobre 2021

Bonjour Claire
Merci pour votre message. Vous avez raison : le raisonnement est un peu trop explicite.
La longue pénurie de spectacles a entraîné l’engourdissement de la plume. J’espère retrouver ma faconde d’autrefois avec les premiers frimas (c’est juste pour la frime, zut !, je veux dire pour la rime)…
Bien à vous
JJD

Signaler

claire olivier 1er octobre 2021

cher Jean-Jacques que je lis sans connaître. Pour une fois votre ton est moins acide. Votre regard sur ce film est très très inspirant. J’ai très envie de voir ce film. Vous lire renforce cet attraction. Une seule résistance : l’épisode sur la mère ayant été moi même malade, je ne suis pas prête à voir des scènes trop rudes émotionnellement. Mais car il y à un mais ...Vous en dîtes beaucoup sur l’intrigue et la vie de la protagoniste. un peu trop peut-être...
Ceci étant la bande annonce en annonce elle -même beaucoup.
PS : une coquille dans le premier paragraphe. il manque un "nous " Avons-nous" , non ?
Cordialement. Claire.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier