Fête de l’insurrection Gitane

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Brèves

Fête de l’insurrection Gitane

PARTAGER ►

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



La pratique commune de la commémoration est plus souvent institutionnelle, et si elle désigne les premiers concernés sous l’aspect exclusif de la victime, c’est que son objectif et sa justification, par la désignation de ce statut, sont la repentance du "bourreau", l’essentialisation de la figure de la victime, l’institution d’un "bouclier moral" entre le "bourreau" et la victime, bouclier qui paradoxalement est toujours entre les mains du "bourreau". La dite cérémonie est ainsi formalisée en direction exclusive des institutions, et les premiers concernés n’y figurent que sous l’aspect d’une représentation (de victime) adressée à ces mêmes institutions.

Une réappropriation démocratique de l’histoire

L’initiative Rromani Resistance propose une méthodologie alternative qui consiste à formaliser la mémoire en direction des premiers concernés afin que la forme décidée soit conforme à leur usage, avec pour objectif l’amélioration de la vie démocratique suivant l’autorité et la responsabilité du "dèmos".
Pour en savoir plus cliquer ici


  • L’initiative Rromani Resistance propose une méthodologie alternative qui consiste à formaliser la mémoire en direction des premiers concernés afin que la forme décidée soit conforme à leur usage, avec pour objectif l’amélioration de la vie démocratique suivant l’autorité et la responsabilité du "dèmos".

    voir sur l'agenda



art et politique art et société Rroms
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





Articles






Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier