Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Ce quelque chose qui est là... De Chantal Morel, au Festival d’Avignon

par Alicia
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Cette histoire simple, et les contraintes qu’elle nous impose, conviennent à un théâtre simplement artisanal. Pas de recours aux techniques contemporaines. Technique qui fut l’immense chantier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais complètement intouchés ; nous devenons des analphabètes de l’émotion ». Tout son travail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul détenteur de la parole qui dit, laissant persistante la présence de l’homme au monde. Celui qui a vécu « la chose », lance un signal. Et ce signal clignote dans l’inimaginable. Il est ce qui permet de se représenter la chose...
Notre travail parle-t-il de Tchernobyl, d’Hiroshima ? Oui, bien sûr. Mais à l’échelle de celui pour qui ce n‘est ni une nouvelle à la radio, ni un titre dans un journal. A l’échelle et à la mesure de celui qui vit, qui éprouve. Là où il y a aussi de la joie, la grande joie de l’amitié, de la fidélité. A l’échelle du théâtre où l’on devient chacune, chacun capable de sortir de la stupeur pour retrouver la parole/action. Parole qui réduira l’écart entre produire, imaginer, agir, moraliser, éprouver, penser.

Chantal Morel

« Ca va te paraître étrange peut-être, mais cette zone, même avec sa poisse qui s’est fichue partout et qu’en finit pas de te coller à la peau, hé ben c’est un endroit que j’aime bien. Je m’y sens pas si mal. Sûr que c’est autre chose que le monde normal. Disons que c’est pas la même pourriture. Mais, à choisir, je crois que je préfère la pourriture d’ici. Elle est peut-être aussi vicelarde que l’autre mais, comment dire, avec elle tu valdingues quand même pas autant dans le caniveau. »
Kouzma


CE QUELQUE CHOSE QUI EST LÀ…

D’après La nuit tombée, d’Antoine Choplin

Avec Roland Depauw et François Jaulin
Musique et système son : Patrick Najean
Mise en scène : Chantal Morel
Maquette : Sylvain Lubac
Marionnette, masque : Judith Dubois
avec l’aide précieuse de Marie Vayssière

Du 7 au 28 juillet à 16h45
Relâche les mercredis 12, 19 et 26 juillet
Au Théâtre Artéphile,
7 rue Bourgneuf,
84000 Avignon

Réservations : 04 90 03 01 90






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.